Incluant le fameux caca d’oie.

Salut les amis!
« Oh bah ça fait longtemps, didon! ». Eh oui, même les newsletters prennent des vacances l’été! Non seulement je prône le repos et l’idée de suivre son cœur, mais en plus je le fais en vrai. 🙂
Me revoilà dans la place, prête à faire ma rentrée et à vous gratifier du best-of de mes meilleures réflexions mensuelles pour la Nouvelle Lune.
Donc revenons un peu sur cet été … c’était wild, non?? En tous cas le mien l’était. Si certains arrivent à se contenter d’explorer la vie avec une palette de gris, perso ça passe du rouge vif au jaune fluo en passant par du doré et éventuellement parfois on trouve une tâche de blanc, ce qui est vaguement reposant.
J’entends d’ici les plus enthousiastes d’entre vous arriver avec leur âme de philosophe et des commentaire du type « Oh mais c’est la beauté de la vie! ».
Oui, certes.
Mais c’est aussi merdique parfois, et je voudrais honorer le marron et sa fameuse nuance de caca d’oie dans cette espèce de crazy soup qu’est la vie, en ne faisant pas semblant que je kiffe tout et en essayant pas d’y mettre du vernis à paillettes. Parfois, on n’est pas exactement à l’endroit de transformer le plomb en or et notre esprit refuse de se faire embobiner par un packaging: le marron caca d’oie avec du vernis à paillettes reste … du marron caca d’oie avec des paillettes.
Les secrets beauté pour survivre à ces moments merdiques?
1/ Faire de la place pour tout.
Cet été, j’ai reçu une lecture de la paume de ma main à Indianapolis et Yale, mon lecteur, m’a dit « Mon secret, c’est de m’autoriser. Quand je vis un conflit intérieur, je m’autorise à être en conflit intérieur au lieu d’essayer de le résoudre. »
Alors si au lieu d’essayer d’aligner tous nos ressentis en trois lettres pour répondre à la question « Ça va? », on s’autorise à ressentir tout en même temps? “Ça va et ça ne va pas, et en même temps je m’en fous et en même temps non. Et puis en fait je ne sais pas, mais je suis là quand même.”
Est ce que vous voulez tester? Est ce qu’il y a un truc que vous n’autorisez pas à vivre à l’intérieur de vous? Faîtes le test juste pour la journée, ou pour une heure: autorisez-vous. A être exactement là où vous êtes même si ce n’est pas sexy et ça n’a pas de mots pour expliquer aux autres.
2/ Danser.

Danser chacun des états, la joie, la tristesse, l’espoir, le doute et tous les espaces entre deux. Et pas juste “penser à danser”, le faire en vrai.
Allez, on essaye ça pendant un mois, et on se dit quoi?
Bisous!

Laisser un commentaire