J’aurai quasiment été moins surprise qu’on me demande comment est votre blanquette (référence à OSS 117 pour ceux qui l’auraient manqué).
Même si je ne doute pas que l’état de votre blanquette soit un indicateur sérieux du sens de votre vie, l’état de votre cœur me parait au moins aussi intéressant. Et c’est surtout une boussole géniale.
Bon parfois, le cœur et le mental n’indiquent pas la même direction, c’est là où ça se corse. Mais franchement, de vous à moi, est ce que les meilleures décisions que vous avez prises étaient celles guidées par votre mental? Est ce que vous êtes déjà tombé follement amoureux en faisant un document excel des pours et des contres sans demander l’avis de votre cœur? Est ce que vous vous êtes souvent senti bien satisfait d’avoir suivi un chemin rationnel en regardant votre cœur hurler pour aller ailleurs?
La question est ouverte. Mais vous entendez la réponse autant que moi.
Je n’ai pas de passion pour la marche, ni pour le Mont Saint Mich-Much. Je dors mal quand je campe. Il fait froid en normandie la nuit. Ça me gonfle de porter 10 kilos sur mon dos. Pourtant, mon cœur s’est allumé d’un coup et je pouvais quasiment sentir une langue de belle mère en sortir joyeusement à l’idée de faire le sentier. Mon mental l’a regardé un peu dépité et n’a pas trop moufté, habitué.

Et franchement, quelle claque! Je surfe encore sur la marée de joie qui a envahie chacune de mes cellules.

Donc, je vous repose la question: comment est votre cœur?
Quelle que soient les décisions ou la direction que vous ayez à prendre, si on place son attention au niveau du cœur, il y a toujours une (grosse) part de la réponse qui s’y cache. Est ce que votre cœur s’ouvre en grand à l’idée de déménager dans les côtes d’Armor? Est ce qu’il demande à être un peu protégé et à ralentir quand vous rentrez dans cette nouvelle relation?
Non pas que vous vouliez vous scinder en morceaux, mais peut être que si vous en avez ras-le-pompon de suivre la voix de votre mental et son lot de peurs, il est temps de faire de la place aux autres voix qui font partie de vous.
Le cœur est un muscle, ça demande un peu de training au début, et puis assez vite, ça devient une habitude. Inspirez profondément, ouvrez l’avant de votre cœur, expirez, ouvrez l’arrière de votre cœur. Répétez autant de fois qu’il le faut pour sentir plus votre cœur battre et moins la voix qui répète en sourdine “truc-de-hippie-c’est-n’imp”. Et puis posez-lui vos questions, tel un oracle. Juste pour voir. Faites-le au moins à titre d’expérience scientifique.
Ça ne veut pas dire qu’il n’y aura pas de négoc’ entre votre cœur et d’autres parties de vous. Mais au moins, vous pourrez décider en toute conscience de choisir de suivre l’un ou l’autre, trouver l’équilibre qui est le vôtre et peut-être finir par camper avec moi dans les vertes prairies normandes 😉

Laisser un commentaire