Ceci est une autorisation pour infuser du fun dans vos rituels et ailleurs

Je pense qu’on est chacun les porte-paroles d’un ou plusieurs messages dans notre vie. Si vous me lisez depuis un moment ou me connaissez en vrai, vous avez sans doute déjà noté que certains des miens sont par exemple qu’on ne peut pas se tromper en vivant sa vie et qu’il faut vous reposer. Et celui qui est le plus vrai et poignant dans mes cellules en ce moment est: le sacré n’est pas plus sacré quand il est sérieux.

Il est temps de relier sacré et fun. On n’ira pas beaucoup plus loin si on continue à considérer le fun de la vie comme la cerise sur le gâteau au mieux ou un écart dans son chemin au pire. Un des fiouls majeurs de la vie est dans la JOIE. La grosse marrade, la déconnade, le lâcher-prise ou comme dit une de mes amies grande prêtresse du fun: faire l’andouille.

Je ne suis pas certaine de quand ni pourquoi ce qui est sacré est devenu intrinsèquement tellement emprunt de solennel et de sérieux que toute marque d’amusement s’est classée au rang de l’irrespect, du déshonorant.  En tous cas, le système de domination actuel repose en partie sur le fait de rendre subversif le fait de s’amuser, de le classer au rang de luxe pour qui a suffisamment trimé ou décrète que ce qui est sacré n’est pas drôle.

Une des conséquences est que s’est infiltrée dans la plupart de nos cerveaux et même de nos corps l’idée que ce qui est fun devrait alors être en quantité contrôlée parce que ça ne va pas nous faire avancer très loin, que ce n’est pas productif et enlève de la crédibilité. Une autre conséquence  est que le sacré est rendu tellement sérieux qu’il nous demande de la concentration et de la contenance dans une vie qui est déjà tendue par tant d’injonctions. Le sacré est sérieux. Silencieux. Le souffle presque coupé, les yeux un peu baissé, le-premier-qui-rigole-est-puni-d’avoir-déshonoré-ce-moment.

La question est: quel est le risque à s’amuser plus? Quelles sont les conséquences que l’on cherche à éviter en contrôlant notre quota de fun?
Et quand vous avez planché cinq minutes sur celles-là, il vous reste: qui bénéficie de moins de fun et plus de sérieux? *

Donc mon propos est: ajoutons du fun un peu partout et aussi dans le sacré.

Le sacré est lié à notre présence. Tel un disque rayé, je ne cesserai de le répéter: il ne s’agit pas tant du nombre de bougies, de la tenue que l’on porte ou de ce qui est dit. Ce qui est sacré tient à notre présence dans un moment, dans un groupe, à la façon dont notre cœur est engagé. C’est ce qu’on offre aux mariés, aux baptisés, à ceux qu’on célèbre dans les étapes de leur vie ou leur mort. Et si c’est ce que l’on offre, est ce que ça n’est pas une vraiment belle intention d’offrir sa joie? Pas parce qu’on ne s’intéresse pas ou ne respecte pas ce qui a lieu, mais justement parce qu’on est déterminé à offrir ce qu’il y a de plus précieux en soi.

Alors ok, peut être que rire aux éclats à l’enterrement de votre oncle peut ne pas être tout de suite bien reçu. Il y a sans doute une transition à avoir dans votre activisme de la joie, des endroits et moments où vous en infusez plus encore.

Mais considérez ceci comme votre autorisation à vous poiler à mon enterrement. Mais aussi une autorisation à vous beurrer dans la joie lors de vos rituels. A réconcilier fun et profond. A ne plus séparer fun et crédible.

L’amusement nous rappelle pourquoi on fait ce qu’on fait, mais surtout nous inspire sur le COMMENT. N’avez-vous jamais eu la sensation que le temps passait plus vite quand vous vous amusiez, ou que ça donnait une sensation plus satisfaisante à la fin de votre journée? Que vous vous sentiez plus nourri.e?

Voilà, c’est ça. La joie vient nous nourrir de l’intérieur. Elle donne de la consistance et de la couleur  à ce que l’on vit. La joie, c’est la vie. Et on en a besoin dans les moments les sacrés.

Sur ce, bel été et gros bisous.

PS: Photo prise lors du week-end de célébration Prêtresse Moderne qui illustre au poil mon propos: on a célébré avec beaucoup de bougies et de conversations profondes et aussi … avec une chasse au trésor de pirate. C’est ça être une Prêtresse Moderne 🙂
* Suggestion de réponse: les systèmes d’oppression! Pour pouvoir continuer à contrôler les populations et maintenir le système en place, peut être …

Laisser un commentaire